Poème lu sur le mur de la salle d'exposition

Sècheras petit village entre tes murs il est un sage
Qui à l'ombre de ton clocher a construit son musée.
Cet artiste travaille le bois avec son cur, avec ses doigts
Il parle avec son ouvrage car le bois a un langage.

Le bois a un coeur sans pareil qui vit à toute heure,
Qui se pare de couleurs selon la brume ou le soleil.
Objet d'art, objet ancien sont vivants dans ses mains
Il les entend parler grâce à ses doigts de fée.

Son coeur est au bout de ses doigts pour façonner un morceau de bois
Les lames le caressent jamais ne le blessent
Bois de mélèze, bois de sapin, bois de cèdre, bois de pin,
Se mêlent, s'entrelacent, se marient dans des angles, des arrondis.

Heures de silence. Heures de patience
Pour façonner avec tendresse dans le bois qui retrouve sa jeunesse
(Le bois retrouve sa jeunesse quel que soit son âge)
L'artiste a su, lui aussi, garder la sienne : un coeur qui aime n'a plus d'âge

Simple poète du bois tu fais chanter la vie
Comme dans la forêt autrefois lorsque s'y accrochaient les nids.

Comme une lumière Comme une musique
Qui a façonné le bois
Regarde, écoute cette voix
C'est les doigts, c'est le coeur de Pépé Junique.

Madeleine ROSEDHINER